La route du Rhum lancée à Saint-Malo impose de nombreuses mesures de sécurité

La route du Rhum lancée à Saint-Malo impose de nombreuses mesures de sécurité

Chaque grand évènement organisé en France nous rappelle que le contexte a changé. Les mesures de sécurité ont fortement évolué ces dernières années, notamment à cause des différents épisodes terroristes que le territoire a pu connaitre. Ainsi, le départ de la Route du Rhum à Saint-Malo cette année n’y fait pas exception.

La route du Rhum : un évènement de grande ampleur

Saint-Malo accueillera dès le 24 octobre le Village de départ de la transatlantique Route du Rhum. Les deux week-ends principaux, le 27-28 octobre et le 3-4 novembre, week-end du départ de la course, se montreront particulièrement agités. En 2014, pas moins de 800 000 personnes visitèrent Saint-Malo pour profiter des festivités organisées pour la transat, soit 16 fois la population malouine. En outre, cette 11eédition marque les 40 ans de la course, et propose la ligne de départ la plus grande de la course : 3 milles, soit 5,5km. Les navigateurs en route pour Pointe-à-Pitre vont donc rameuter du monde. Cela pose un problème de sécurité route du Rhum.

Des mesures de sécurité qui débutent dès maintenant

Le village d’accueil éphémère, de plus de 2km le long des quais, doit être prêt pour le mardi 23 octobre. Des mesures de sécurité sont déjà en cours, pour s’assurer que le village reste en l’état avant son inauguration mercredi. Ainsi, les adjoints de sécurité surveillent le village durant la journée, et des maîtres-chiens s’en chargent la nuit.

Des dispositifs de sécurité à la hauteur de la route du rhum

Le territoire français étant toujours en Vigipirate renforcé, la ville sera sous haute surveillance lors de l’évènement maritime. La sécurité routière est une des priorités, et 10 000 places de parking ont donc été aménagées pour l’occasion. Des chicanes ralentissent la circulation dans tout Saint-Malo. Cette année pour la première fois, des portiques de sécurité sont installés à l’entrée du village.

La sécurité sur terre, sur l’eau et en mer

Sur le terrain, la sécurité est fournie aussi bien par le département que par la région et l’Etat : gendarmes, policiers et CRS travailleront main dans la main. Deux sections de l’opération Sentinelle seront présentes. C’est en tout 350 à 400 personnes qui sont mobilisées pour garantir la sécurité des participants. Pour accéder au village, il faudra accepter de se faire fouiller. Des agents de sécurité privée viennent épauler la police. Les militaires seront sur place dès l’inauguration, le 24 octobre, sur terre comme sur l’eau. Quinze unités de la Marine Nationale, des Douanes et de la gendarmerie maritime seront présentes en mer. Un hélicoptère fourni par ces derniers balisera le ciel.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *