Le port d’arme pour les agents de sécurité : quoi de neuf ?

Le port d’arme pour les agents de sécurité : quoi de neuf ?

Les nouveaux arrêtés concernant le port d’arme des agents de sécurité

La législation en vigueur concernant les autorisations de port d’arme pour les agents de sécurité vient encore d’évoluer. Le 7 octobre, quatre arrêtés du 28 septembre 2018 ont été publiés au Journal Officiel. Ces arrêtés viennent compléter le décret n° 2017-1844 du 29 décembre 2017. Ce décret modifie et étend l’autorisation du port d’arme pour les individus exerçant certaines activités de sécurité privée. Les agents de sécurité pourront, sous certaines conditions, avoir une arme sur eux.

Des centres de formation privés prennent de l’avance

Dans certaines régions de France, des centres commencent dès à présent à proposer aux agents des formations en tir. Par exemple, dans les Côtes-d’Armor, des agents soigneusement sélectionnés peuvent se former aux techniques de tir. Ces centres ont ainsi anticipé la parution des décrets relatifs au port d’arme des agents de sécurité privée. Pour le président du centre de formation Procom, situé en Bretagne, leur activité pourra ensuite leur permettre de proposer leurs agents aux forces de sécurité publiques, pour les aider à couvrir certains évènements. Cette décision va dans le sens des récentes évolutions dans le secteur de la sécurité, et vers une plus grande coopération entre sécurité privée et publique.

Des critiques inévitables

Naturellement, l’idée de plus d’armes en circulation en France soulève des critiques. Des policiers admettent avoir quelques réserves à ce sujet, car le port d’arme nécessite une formation et un entrainement quotidien. Cependant, cela ne faisant pas partie de leur mission première, la tendance au laxisme inquiète les forces de l’ordre.

En outre, armer ses agents représente un coût supplémentaire pour des sociétés qui n’ont pas forcément d’aisance financière. Les PME du secteur, par exemple, font déjà face à certaines difficultés. De plus, la culture de l’armement n’est pas encore développée en France. Les dirigeants mettront donc certainement du temps avant d’accepter ces nouvelles pratiques.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *